Plateforme

Janet Fuhrer - Candidate au poste de 2e vice‑président de l’ABC – Plateforme

 

Accessibilité de l’ABC, par les membres et pour les membres

      Leadership en matière de changement : avantages et appui

      Perfectionnement professionnel et mentorat : innovation, modernisme et créativité

      Accès à la justice : stratégie à volets multiples

      Égalité, inclusion et fidélisation : activité de promotion

      Bénévolat : reconnaissance et valorisation

Leadership en matière de changement

L’ABC se doit d’être un chef de file en matière de changement afin d’appuyer ses membres de toutes les professions, qui doivent faire face à de nombreux défis et changements, notamment dans la pratique du droit (banalisation accrue ou demande croissante de services à honoraires fixes; diminution de la qualité de vie professionnelle; incidences des « médias sociaux »; questions courantes en matière de maintien en fonction/d’inclusion et exigences des entreprises clientes dans ce domaine; augmentation du nombre de plaideurs ou de participants se représentant eux‑mêmes; diminution du nombre de postes de stagiaires offerts aux nouveaux diplômés en droit; etc.). Dans quelle mesure l’ABC est‑elle accessible pour les avocats du Canada et quelle est sa notoriété auprès de ceux‑ci? Dans quelle mesure répondons‑nous aux besoins de nos membres? Les avantages et le soutien que nous sommes en mesure d’offrir aux avocats et aux étudiants en droit au Canada doivent constituer notre priorité pour l’avenir prévisible.

Perfectionnement professionnel et mentorat

En ma qualité de présidente du Comité du développement professionnel de l’ABC, je suis heureuse de vous informer que nous apporterons des changements novateurs et modernes à la composante du perfectionnement professionnel de la Conférence juridique canadienne en réponse aux observations des membres concernant le contenu, la prestation et la durée des programmes ainsi que le nombre d’activités de perfectionnement. Notre attention portera autant sur les modalités de réalisation des activités que sur les activités elle‑même. Nous veillerons à ce que le perfectionnement professionnel soit compatible non seulement avec le nouveau plan stratégique, mais également avec le nouveau barème tarifaire. L’uniformité des méthodes d’agrément est également un objectif à atteindre.

Le mentorat peut nous aider à combler l’écart entre les générations. Il s’agit également d’un secteur où le leadership en matière de changement doit s’exercer, particulièrement en regard des attitudes changeantes relativement au travail et au rôle que joue le travail dans la vie. Ce peut être un précieux outil pour attirer de nouveaux membres et pour encourager les membres actuels à jouer un rôle de leader. Dans les régions périphériques ou dans les localités plus éloignées de notre pays, le monde peut se révéler fort utile concernant la planification de la relève. De nombreux avocats pratiquent dans des secteurs dépassant les frontières provinciales et territoriales. L’élargissement du bassin de mentors œuvrant dans des créneaux précis revêt une très grande importance. Le mentorat peut être aussi ciblé que notre créativité le permet ou que nos besoins l’exigent. Tous les avocats et étudiants en droit du Canada tireraient parti de la formation d’un comité national de mentorat.

Accès à la justice

Il s’agit d’un dossier complexe exigeant de la part de l’ABC l’élaboration d’une stratégie à multiples volets s’échelonnant sur de nombreuses années, d’où le rôle essentiel joué par le Comité permanent de l’accès à la justice de l’ABC. Les plaideurs ou participants se représentant eux‑mêmes constituent un important problème lié à l’accès à la justice. Cette situation constitue certes une perte de revenus pour les avocats, mais, plus important encore, elle contribue à l’engorgement du système judiciaire, prive les plaideurs des connaissances et de la valeur ajoutée des avocats et est attribuable en partie à la récession. L’accessibilité et la disponibilité des services juridiques et des études de droit, particulièrement dans les localités éloignées du pays, font également partie de ce grand dossier. Un article de l’édition du 4 août 2012 de l’Ottawa Citizen a attiré mon attention. On y lisait que les médecins et les infirmiers qui pratiquent dans les collectivités rurales comptant moins de 50 000 habitants seront exonérés d’une partie de leur prêt d’études canadien, soit 8 000 dollars par année jusqu’à concurrence de 40 000 dollars sur cinq ans dans le cas des médecins et 4 000 dollars par année jusqu’à concurrence de 20 000 dollars sur cinq ans dans le cas des infirmiers. Un programme semblable à l’intention des avocats serait des plus avantageux.

Égalité, inclusion et fidélisation

Un récent bulletin Info‑Égalité contenait un article de Rebecca Bromwich sur le sondage de la National Association of Women Lawyers. Même s’il s’agit d’une organisation américaine, les résultats du dernier sondage sont décourageants sous l’angle des progrès réalisés par les avocates, particulièrement dans les grands cabinets (200) qui ont participé au sondage. À la Conférence juridique canadienne de Vancouver, les membres ont très majoritairement voté en faveur du renouvellement de l’engagement à atteindre certains objectifs en matière d’égalité, y compris à la direction de l’ABC. En 2014, l’ABC, qui sera constituée plus ou moins de la même façon qu’aujourd’hui, aura environ 100 ans. L’actuelle deuxième vice‑présidente, qui deviendra alors présidente, ne sera que le 6e président de l’ABC de sexe féminin, et deux femmes n’ont jamais occupé cette charge consécutivement (ce siècle). Les femmes ne constituent qu’un des groupes sous-représentés à la direction de l’ABC. Notre association doit promouvoir un leadership plus diversifié et guider nos membres dans la recherche de solutions au problème de l’inégalité dans la profession.

Bénévolat

Nous devons valoriser le bénévolat pour garantir la continuité et la relève ainsi que pour renverser la tendance au moins grand nombre de bénévoles et d’heures de bénévolat. Le barème tarifaire modifié signifie qu’il est essentiel d’établir un ordre de priorité, tout comme il est essentiel de trouver des façons novatrices d’offrir aux membres les mêmes services ou plus de services avec moins de ressources. Pour ce qui est du perfectionnement professionnel, les programmes en ligne (« Live Access Web » ou LAW) fournissent aux bénévoles davantage d’occasions de prendre la parole, tout en permettant de joindre plus de membres que de nombreux programmes traditionnels. Il y aurait lieu d’envisager d’élargir les activités de reconnaissance du travail des bénévoles. Les occasions de se divertir (Great Big Sea, Jim Cuddy et Greg Keelor, Jann Arden, Randy Bachman, les fêtes de fin de soirée) rehaussent l’expérience que vivent les bénévoles.

Antécédents

Mon engagement considérable à l’ABC a commencé avec la Section nationale de la propriété intellectuelle, du début au milieu des années 1990. Par la suite, j’ai présidé la Section (en plus d’avoir été membre du Conseil de l’ABC à cette époque) et j’ai aussi présidé le Conseil des sections nationales (CSN) pendant deux ans. Le CSN est l’une des plus importantes composantes de l’ABC et, avec les conférences, l’une des principales ressources en matière de perfectionnement professionnel et de défense des intérêts de l’ABC. Pendant mon mandat de deux ans à titre de présidente du CSN, j’ai siégé au Bureau d’administration de l’ABC et au Comité des finances de même qu’au Conseil de l’ABC. Je préside à l’heure actuelle le Comité du développement professionnel. J’ai également occupé pendant trois ans un poste important à l’Association du Barreau de l’Ontario, soit celui de présidente du Comité de planification stratégique. Je suis membre élue du Conseil l’ABO ainsi que membre du Comité de planification stratégique et du Comité de l’adhésion de l’ABO. Dans le cadre du programme de mentorat, j’ai été mentor pendant quatre ans.

Je suis bénévole pour d’autres associations, notamment l’Institut de la propriété intellectuelle du Canada, une association professionnelle nationale, de laquelle j’ai été présidente en 2010-2011.

J’exerce le droit en pratique privée depuis plus de 25 ans et je suis associée actionnaire depuis plus de 12 ans.

Merci de votre participation et de l’attention que vous accordez à ma candidature!